Teilen
  • Publier sur Twitter
  • Google +1
  • Afficher l'image
  • Partager le produit

Les arbres sont notre joker à long term

Lors du lancement d'Eco Balance sur le marché, Volkmar Halbe, président de la direction de Parador, s'entretien avec Felix Finkbeiner, 13 ans, fondateur et président de l'initiative Plant-for-the-Planet, sur la force des bonnes idées.

articles similaires

Parador organise la première académie pour enfants à Hanovre

Aller à l'article

Felix Finkbeiner : Nous voulons planter 1 000 milliards d'arbres dans le monde entier en signe de justice climatique. Pour nous, la durabilité n'est pas un slogan à la mode, il s'agit du seul concept qui assure aux enfants un avenir tel que les adultes l'ont connu.

Volkmar Halbe : Vous avez là un projet ambitieux ! Nous désirons aussi apporter notre contribution et vous assister en plantant un arbre en commun avec Plant-for-the-Planet pour chaque paquet d'Eco Balance que nous vendons.

Felix Finkbeiner : Votre soutien nous fait très plaisir. Notre mouvement s'est développé sans aucune incitation extérieure à partir d'un travail scolaire. Je devais faire un exposé sur la crise climatique. Lors de mes recherches, j'ai appris que la lauréate du Prix Nobel de la paix Wangari Maathai avait planté trente millions d'arbres en trente ans au Kenai et dans d'autres pays. J'ai alors pensé que nous les enfants pourrions aussi planter des arbres, en Allemagne et dans le monde entier.

Volkmar Halbe : C'est justement ce qui me plaît dans votre initiative : son expansion phénoménale. Cet esprit « Je m'y mets, je développe ! » est simplement incroyable dès les débuts de Plant-for-the-Planet. Quand on veut vraiment, on peut faire beaucoup ; lancer une bonne idée et faire preuve d'une saine portion de persévérance. C'est valable pour Parador comme pour Plant-for-the-Planet : il est décisif de poursuivre une pensée, de voir une idée à l'horizon. La prochaine étape consiste à convaincre des associés, tout seul, on arrive à peu. J'aime faire la comparaison avec un puzzle. Felix, imagine toi être en face d'un puzzle de 300 pièces. De combien de temps as tu besoin pour l'achever ?

Felix Finkbeiner : Une heure ?

Volkmar Halbe : D'accord, à présent. tu dois savoir que tu n'as pas de modèle. Donc tu auras besoin de bien plus de temps ! Il en va de même pour la charte de l'entreprise : plus le modèle est clair, plus il est aisé d'obtenir un bon résultat. Prenons l'exemple d'Eco Balance. Ces nouveaux stratifiés et parquets associent qualité de design et innovation technique à une fabrication durable et écologiquement responsable. Ainsi, pour notre parquet Eco Balance nous réussi à travailler de manière plus écophile en utilisant moins de bois tout en assurant une qualité de matériel identique. En outre, la production est réalisée à Güssing en Autriche, un site baptisé la Mecque écologique car il forme une oase énergétique autosuffisante grâce à une centrale biomasse. La centrale gazéifie chaque jour cinquante tonnes de bois, surtout des déchets de notre fabrique de parquets qui utilise exclusivement du courant écologique provenant de centrales hydrauliques. L'énergie ainsi récupérée produit plus de chaleur distante et de courant que la commune de Güssing n'en consomme et produira même du biodiesel. Le fonctionnement de la centrale ne libère qu'une quantité de CO2 équivalente à celle auparavant prélevée par photosynthèse à l'atmosphère par les arbres formant la biomasse lors de leur croissance. Le cycle croissance-combustion de l'arbre est donc neutre en CO2.

Felix Finkbeiner : C'est intéressant !

Volkmar Halbe : Lorsqu'on travaille avec l'exploitation forestière, on réalise très clairement que tout n'est pas disponible en quantités illimitées. Les ressources renouvelables ne doivent être exploitées que dans la mesure de leur croissance. Les ressources sont limitées.

Felix Finkbeiner : C'est aussi notre point de vue. Nous sommes allés récemment en Afrique avec Plant-for-the-Planet, au Kenya, en Tanzanie, en Afrique du Sud et au Lesotho. Nous avons organisé vingt académies pour enfants. Il s'agit d'ateliers d'une journée visant à encourager les enfants à s'engager activement et à planter des arbres. Nous discutons aussi de notre plan axé sur 3 points que nous appliquerions pour sauver la planète si nous étions chefs de gouvernement. Le premier point consiste à planter 1 000 milliards d'arbres dans le monde entier. Le deuxième est la réduction progressive des émissions de CO2 jusqu'à zéro d'ici 2050. Cela peu sembler difficile, mais il est urgent d'agir pour limiter le réchauffement planétaire. Et cela ne peut pas être impossible. Nous disposons déjà de toute la technologie requise. Il ne reste plus qu'à l'appliquer, comme le montre aussi votre exemple de Güssing.

Volkmar Halbe : Je me réjouis toujours lorsque nous pouvons faire évoluer l'attitude et l'action des personnes de manière positive.

Felix Finkbeiner : Cependant, pour résoudre les problèmes dans le monde, il ne suffit pas que toutes les personnes et sociétés apportent leur contribution positive. Nous avons besoin de lois applicables dans le monde entier. Autrement, nous ne parviendrons pas à faire en sorte que chacun change vraiment son comportement. Malheureusement, il n'existe pas de pouvoir politique fonctionnant à l'échelle mondiale susceptible d'instaurer des règles globales. Par exemple comme notre troisième point pour sauver notre avenir : chacun ne peut émettre qu'une quantité de CO2 limitée, soit 1,5 tonnes par an. Ceux qui émettent plus doivent payer ceux qui émettent moins. C'est ce que nous appelons la justice climatique. J'apprécie donc particulièrement le soutien de Parador, non seulement en plantant des arbres, mais aussi en contribuant à organiser des académies en commun. Ceci nous permet de toucher un plus grand nombre d'enfants qui peuvent participer et contribuer à assurer notre succès en tant qu'ambassadeurs climatiques.

Volkmar Halbe : Cela aussi est un aspect essentiel de la durabilité que tu as évoqué auparavant : l'évolution de la société en tant que voie permettant la participation de tous, dans l'objectif d'établir à long terme une communauté évolutive et viable pour tous. En tant qu'entreprise aux activités dans le monde entier, nous sommes également très conscients de cette responsabilité. Maintenir cet aspect social de la durabilité en équilibre avec les critères écologiques, mais aussi ceux économiques, qui forment la base requise pour concrétiser propriété et abondance durable a toujours fait partie de nos exigences. Chez Parador, la politique et l'écologie se rejoignent dans l'entreprise, de nos partenaires de l'exploitation forestière à toute la production et jusque dans des détails tels que les emballages de nos produits. Ceci ne s'applique pas qu'aux parquets Eco Balance. Nous fabriquons également notre nouvelle gamme de stratifiés à base de matières premières issues d'exploitations forestières locales et durables, exemptes de solvants organiques et ainsi pauvres en émissions. Le stratifié Eco Balance est fabriqué dans notre usine de Coesfeld, si quoi que ce soit n'est pas en ordre, je suis le premier informé : mon bureau n'est qu'à quelques mètres de l'atelier de production. Mais tout es nickel. Nous y veillons dans notre propre intérêt et dans l'intérêt de nos enfants.

Felix Finkbeiner : Je trouve cela très bien que des directeurs de grandes entreprises pensent à l'avenir des enfants. Si les décideurs économiques, les politiciens et les citoyens unissaient leurs forces, vous les adultes pourriez sauver ensemble notre futur, à nous les enfants.

Volkmar Halbe : Nous sommes parfaitement d'accord et je te souhaite encore beaucoup de succès !

SAVIOR PLUS

INITIATIVE SCOLAIRE "PLANT-FOR-THE-PLANET"

Aller le site internet

Please confirm your language in order to continue